L'art du clown invite à prendre le chemin du oui,

chemin de paix et de réconciliation,

un chemin où, soudainement, la vie retrouve sa saveur.

Le chemin du oui 

"Tu diras toujours oui même quand tu diras non".

Ce cinquième commandement du clown engage résolument celui-ci sur le chemin du "oui".

Pour le clown, dire "oui" c'est vital !  

Par son "oui" de chaque instant, le clown manifeste son attachement et sa fidélité à la vie. 

Le clown dit "oui", un "oui" à la vie qui l'habite et au réel duquel elle jaillit. 

Le clown dit "oui" même quand il a peur, un "oui et" et non ce "oui mais" si souvent sur nos lèvres. Le "oui" du clown est un vrai "oui", un "oui" fidèle, un "oui" au risque souvent de la déraison et de la passion. Le "oui" du clown fait de lui un être profondément accueillant, ouvert et disponible. 

Un chemin de paix et de réconciliation

Disponible, le clown est d'une écoute et d'une ouverture radicale.

Par son "oui", Il s'ouvre à l'inconnu et l'inattendu de toute rencontre.

Pour cela, il se tient au plus intime de lui-même afin d'accueillir cet Autre qui parle en lui comme en l'autre de la vie qui les traverse. 

C'est en cette même intimité que le clown aime  se tenir pour accueillir la vie nouvelle, cette oeuvre de paix et de réconciliation, fruit de son  "oui" donné.  

Un chemin où, soudainement, la vie retrouve sa saveur 

Engagé dans l'ouverture et la disponibilité avec lui-même et avec l'autre, le clown se veut témoin de cette vie qui surgit de toute rencontre.  Pour cela, il en prend le risque. Il prend le risque de l'échec dans la rencontre, le risque d'un non, expression du refus ou du mépris de la vie. 

S'il est souvent sûr de rien, le clown ne doute jamais. La vie ! Il y croit dur comme fer ! 

Aussi le clown espère car la foi habite son coeur. Il a confiance en cette humanité reconnue et partagée où chacun témoigne de la présence de l'Autre et d'où jaillit la vie éternelle !

Témoin d'espérance, témoin de cette vie qui se donne dans la rencontre d'un regard, d'un toucher, d'une parole, le clown, par son "oui" donné, redonne à la vie sa saveur. Aussi peut-il  aller dans ces lieux où l'humain souffre de trop de misère et de précarité, dans les lieux où la mort rôde, dans les lieux où il est question de vie ou de mort. Humblement, il y sème des graines de douceur et de tendresse, d'amour et de joie, de paix, d'espérance et de vie. Alors il met  en échec le lamentable cortège de la haine, de la dureté et du mépris, de la tristesse et du désespoir, de la violence et de la mort. Il ouvre ainsi des chemins de résurrection.   

Le clown, un pauvre et humble témoin de la vie 

Pour être ce témoin du Vivant en soi et en l'autre, le clown expérimente l'épreuve du "rien" Ce "rien", ce n'est pas du vide mais c'est un "rien" rempli d'être. Le clown  se laisse alors déposséder de ses représentations qui le séparent du réel pour aller à la rencontre de l'autre tel qu'il est. L'expérimentation de ce "rien" est le lieu de sa pauvreté et de sa vulnérabilité.

Dépourvu de tout ce qui l'encombre en lui-même, il devient plus disponible pour écouter et entendre ce qui parle en l'autre, de la vie qui se donne et se reçoit, et , humblement, de s'en rendre témoin. Affranchi du trop grand souci et de l'emprise du regard d'autrui, le clown vient révéler son être à celui qu'il rencontre : l'autre en ressort plus vivant.

Pour le clown, l'homme qui n'est pas mort est vivant ! Même s'il enfouit la vie dans les trèfonds d'une humanité pétrifiée. La vie est là et ne demande qu'à être reconnue. Le clown sait en être le pauvre et l'humble témoin. Là est sa grandeur ! là-même où beaucoup d'autres ont renoncé. 

"Le nez est le signe matériel

de ce lieu intime et vulnérable

où je me trouve

pour être ce que je suis, un clown.

En le "passant", Il est aussi le moyen,

le passage  pour y entrer". 

Parole de clown 

Le clown est un révélateur de vie. Il ne donne pas la vie, mais il fait, d'un coup", prendre conscience de cette vie  qui nous habite et qu'il nous arrive parfois de préférer oublier, mettre de côté, et ceci pour ne pas trop souffrir. Car bien souvent, en croyant mettre à l'écart notre propre souffrance, nous éliminons la vie sans bruit. 

Le clown ne peut pas et ne veut pas se rendre complice d'une telle démission. Il nous rappelle qu'on ne peut, par peur, mourrir à petit feu, être à moitié vivant ou encore vivant-mort.

ClownEsperance,  une aventure, un itinéraire de vie intérieure et spirituelle

La vie, le travail et la mission de la Compagnie ClownEsperance offrent à chacun et chacune de ses membres autant d'occasion de grandir dans la vie intérieure et progresser dans une vie spirituelle, une vie intérieure et spirituelle inspirée, pour la plupart, par la vie du Christ et de son enseignement. Sur le chemin du "oui", Marie, la mère de Jésus, est pour la Compagnie l'éducatrice par excellence pour grandir dans l'écoute et la disponibilité. 

Une fois par mois, ses membres se retrouvent le temps d'un week-end pour travailler à cet art si singulier. Chaque rencontre commence et se termine par la messe. Nous puisons dans la célébration du mystère pascal le sens ultime de nos itinéraires humains, offrant ainsi aux clowns que nous sommes des couleurs d'éternité.

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook Social Icône